Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > De l’esquisse au permis de construire

De l’esquisse au permis de construire

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Concilier facilité de travail, bien-être des animaux et contraintes environnementales est l’objectif du service bâtiment de la Chambre d’agriculture. Témoignage de Roland Ligeon agriculteur au GAEC Lou Barteleu à Demi-Quartier près de Megève (74).

Créé en 1999 avec l’installation de Roland Ligeon sur la ferme parentale, le GAEC Lou Barteleu a ensuite accueilli sa sœur Odile en 2005, succédant aux parents. La structure de l’exploitation est typique des fermes de montagne. A 1100 mètres d’altitude, les bâtiments actuels sont composés d’une écurie principale entravée de 26 places pour les VL et d’un logement peu adapté et pas fonctionnel pour les 20 génisses. Le fourrage est stocké au-dessus de l’écurie des vaches laitières, la grange est équipée d’un séchoir ventilé. Si les vaches pâturent autour du siège, les foins se font à 1400 m d’altitude sur l’alpage de « la Princesse », également occupé par les génisses et les vaches taries. 60% de la SAU  se situent sur ce site. Le lait produit pour l’AOP Reblochon et l’IGP Tomme & Raclette de Savoie est collecté par la coopérative de Flumet.


Pourquoi un nouveau bâtiment ?
« Le GAEC a atteint un bon équilibre économique et techniquement nous sommes satisfaits de nos productions laitières, mais les conditions de réalisation du travail commencent à nous peser. Nous devons aussi nous adapter aux nouvelles attentes liées au bien-être animal et à l’environnement ».


Quel est votre projet ?
« Nous voulons améliorer le logement des génisses, c’est l’avenir du troupeau. Le bâtiment actuel oblige de curer tous les jours à la brouette… Ce n’est plus possible ! La place par génisse (montbéliardes à fort gabarit) est limitée, on n’a pas d’aisance pour travailler. Et la fumière n’est plus la bienvenue dans le paysage… Ce n’était pas possible de reconstruire une écurie pour les laitières. Il aurait fallu augmenter les effectifs et le foncier ne suit plus sur le secteur. Ce bâtiment accueillera également les vaches taries et les veaux, ça donnera également du confort aux VL, on gagnera en ambiance et sur le bien être… Celui des animaux et le nôtre aussi !


Pourquoi avoir fait appel au service bâtiment de la Chambre d’agriculture ?
 « Nous avions besoin d’être rassurés sur la faisabilité technique et économique et nous nous doutions que dans le contexte local touristique et résidentiel, ça allait être compliqué, même si la ferme a toujours été là ! Il y avait eu un article sur « La revue des Deux Mondes » et lors d’une formation, j’ai discuté avec Sylvie Auroy, Conseillère bâtiment à la Chambre d’agriculture. Nous avons pris rendez-vous pour faire les relevés des structures existantes (bâtiments, accès, cours d’eau, habitats voisins, routes, pentes…). Elle a préparé plusieurs projets. Ils prenaient tous bien en compte nos objectifs sans oublier la dimension économique. Les éclairages apportés par Sylvie ont modifié nos premières intentions. Au final, nous allons prolonger un hangar construit en 2010. Les esquisses fournies par l’équipe bâtiment nous ont apporté une première appréciation. Nous avons pu visualiser et ajuster en intégrant quelques recommandations et souhaits particuliers. Le projet retenu rassemble bien toutes nos attentes techniques et organisationnelles.


Et côté démarches ?
« Après avoir validé les esquisses, nous avons travaillé avec Frédéric Decaen, l’architecte partenaire du service bâtiment. C’est lui qui a réalisé les plans complets pour la demande de permis et tous les documents annexes. Ensuite il a fallu rencontrer à plusieurs reprises les techniciens de « bâtiments de France » pour présenter le projet, argumenter des choix, faire des contre-propositions car leurs attentes sont parfois déconnectées de nos besoins surtout en matière d’intégration paysagère ou d’esthétisme.  La présence de Frédéric permet de discuter d’égal à égal, de structurer les adaptations demandées et d’imposer les nécessités rationnelles et fonctionnelles et économiques d’un bâtiment d’élevage… Ce n’était pas rien cette étape !  En agriculture, il faut toujours se justifier et prouver qu’on fait les choses bien. Avec l’équipe, on s’est bien compris sur les objectifs. Nous avons été entendus et ils ont adapté leurs compétences à nos attentes. Nous allons même réussir à valoriser une partie des surcouts architecturaux !


Et au final ?
« Objectifs atteints sur les parties notamment fonctionnalités et réglementaires ! Nous avons le permis de construire depuis Septembre 2018… Nous sollicitons les entreprises locales en priorité et nous aimerions rentrer dans le nouveau bâtiment pour l’automne 2020. Nous allons limiter l’auto construction. Nous continuerons à travailler avec le service bâtiment de la Chambre d’agriculture  pour la partie aménagement intérieur (choix des équipements et matériels).  
Propos recueillis par Philippe Gauthier

 


Conseils et esquisses jusqu’au dépôt du permis


Deux conseillères sur le terrain, une dessinatrice spécialisée et un architecte partenaire… Et pour tous un seul objectif : concevoir des bâtiments fonctionnels et évolutifs en explorant toutes les facettes du projet et en intégrant les contraintes réglementaires, de circulations dans le bâtiment et celles liées aux choix techniques.
L’équipe bâtiment propose des services adaptés :
-    Dimensionner ou vérifier les capacités de stockage des effluents en vue d’une installation aidée ou d’un dépôt de demande de subventions PCAE : Diagnostic de site ou Expertise PCAE
-    Elaborer son projet de bâtiment et estimer le montant d’investissement à prévoir : Conseils et réalisation d’esquisses
-    Déposer un permis de construire : Réalisation du permis de construire

Modifier ou construire un bâtiment est un investissement important. Les choix et leurs conséquences fonctionnelles, techniques et économiques impactent le quotidien de l’éleveur pour de nombreuses années. N’hésitez pas à anticiper vos démarches.

Contact : Service Bâtiment - Chambre d’Agriculture Savoie Mont-Blanc - Tel : 04 50 88 19 78 – batiment@smb.chambagri.fr